3 comptes instagram que j’ai découverts après une semaine de confinement


En cette période de lutte contre le coronavirus , les réseaux sociaux sont plus que jamais nos meilleurs amis.
Bien souvent , ils sont nos seuls moyens de rester en contact avec nos proches voire même de rester en contact avec le monde extérieur.
S’il faut tout de même faire attention aux temps que nous passons sur ceux -ci (lumière bleue, addiction etc…. .) ils peuvent être l’occasion de s’intéresser à de nouveaux sujets et également de découvrir des instagrameurs édifiants et inspirants.
Je partage avec vous le compte de trois instagrameuses que j’ai eu la chance de découvrir après une semaine de confinement.

Marjo Laine

hdr

Photo : m-et-vous.fr

C’est en trainant sur l’insta de Gaelleprudencio , une instagrameuse body positive que je suis depuis déjà un certain temps que j’ai entendu parler de Marjolaine .
Marjolaine c’est une coach en image multi-taille, multi ethnique. à la tête de l’agence de conseil en image Marjolaine et vous.
Sur son compte instagram, elle souhaite faire la promotion de la valorisation , de l’estime et de la mise en beauté de la femme.
Marjolaine, se sont des réflexions sur la vie , sur les complexes, la beauté des femmes, se sont également des looks au cas où vous chercheriez l’inspiration pour vous habiller lorsque la période de confinement sera levée.

Marjolaine propose d’ailleurs des ateliers visio-morpho spécial confinement. Durant ces séances en groupe ou en individuel, elle vous aidera à déterminer votre morphologie et de faire de celle -ci votre atout. Tout cela dans en toute bienveillance.

Marjolaine ce sont aussi des lives ( j’adore les lives!)sur les sujets qui concernent divers domaines de nos vies mais aussi du partage d’expérience pour édifier. 
Rendez- vous donc tous les dimanches soirs !
C’est d’ailleurs ainsi que j’ai rencontré cette femme douce, bienveillante et inspirante .
Le dimanche 15 mars , elle a délivré un live que je jugerais d’utilité publique .

Elle y parlait avec douceur , émotion et vérité de son combat contre les fibromes, de son désir d’enfant , de la congélation des ovocytes et de la nécessité de s’interroger assez tôt et avec honnêteté sur son désir d’enfant et sur toutes ces questions qui font partie de la vie d’une femme.

Les petits Mots de Coco


Si comme moi vous aimez écrire vous trouverez votre bonheur sur la page instagram les petits mots de coco.
Coco mondésir , jeune auteur guadeloupéenne distille ses textes plein de poésie sur la vie , l’amour , dieu .
Ses textes parlent d’elle , de nous , de vous , de moi .
Vous y trouverez des livres à lire , des réflexions et vous prendrez plaisir à rentrer dans la contemplation de ses mots , mots qu’elle sait si bien articuler.
En cette période de confinement , Coco propose un atelier d’écriture le mardi et le jeudi .
Rendez- vous sur sa page !

Thérapie pour afrodescendantes

thérapie pour afrodescensantes

Depuis environ deux ans , je m’intéresse à la santé mentale des femmes.
Dans notre société guadeloupéenne , la santé mentale fait parfois partie de ces sujets taboos , cachés et voir un thérapeute fait encore et à tort bien souvent l’objet de jugements négatifs.
Peu de gens et en particulier peu de femmes osent en parler de peur que cela soit perçu comme une marque de faiblesse face à des défis que nous présentent la vie et qui il faut le dire sont loin d’être faciles  .
C’est donc avec joie que j’ai découvert therapie_pour_afrodescendantes un compte ouvert par Jessica Galanth celle qui mène cette page que je juge également d’utilité publique.
Si vous souhaitez en savoir plus sur Jessica Galanth vous pouvez écouter le podcast  j’peux pas j’ai thérapie  .
therapie_pour_afrodescendantes et  j’peux pas j’ai thérapie  vont de pair. Via ces deux médias , Jessica Galanth distille des ressources pour la santé mentale des femmes noires afin de les aider à mieux traverser cette vie.
Et en cette période de confinement qui risque de durer ,vous trouverez déjà de quoi mieux vivre ce qui pour certaines peut s’avérer être une période très difficile….
Si vous souhaitez mieux utiliser les réseaux sociaux et que votre curiosité a été piquée n’hésitez plus ! Direction instagram !

Firmine écrivain !

DSC_0089

Mes lectures sont bien souvent en rapport avec ce que je vis et à l’aube de mes 30 ans , je ressens désormais le besoin de lire davantage de récits de vie et tout particulièrement de récit de vie de femmes.

C’est donc avec joie que je suis tombée sur Ce qui t’est destiné, le courant ne l’emporte pas l’autobiographie de Firmine richard alors que je me promenais dans les allées de la librairie Générale de Pointe à pitre, essayant de tuer le temps avant un rendez vous.

Firmine qui ? Mais oui ! Firmine Richard ! Les fans de « La première étoile » auront reconnu bonne maman la mère de Jean Gabriel Elizabeth le héro du film.

Bien au-delà de la simple bonne maman du film, c’est une femme courageuse, authentique, audacieuse et libre que j’ai découvert tout au long de ces 247 pages bien loin de la vedette de cinéma que l’on pourrait imaginer.

Je partage avec vous toutes les leçons de vie que j’ai tirées de de cette lecture ô combien riche.

Leçon numéro 1 : toi même tu resteras.

Firmine Richard est une femme de Guadeloupe , profondément attachée à sa culture et à son île .
Si vous avez eu la chance de la voir sur grand écran , vous connaissez son accent chantant bien de chez nous, accent qu’elle n’a eu de cesse d’afficher sur les plateaux de plusieurs grandes productions françaises.

Firmine Richard est donc née Guadeloupéenne et pointoise et selon elle il n’y a là point de hasard mais simplement l’oeuvre du destin comme bien des choses dans sa vie .

Il me semble important de mentionner le fait que Firmine vient au monde durant l’année de la départementalisation, elle a donc faillit naître colonisée comme elle le dit si bien et connaît donc bien cette Guadeloupe d’antan , celle de ces français bien à part qui apprenaient la langue française à l’école.

Si c’est la commune de Pointe à Pire qui l’a vu naître, c’est du Gosier que Firmine Richard et sa famille sont originaires.

Enfin , c’est en France métropolitaine que sa carrière s’est construite mais Firmine Richard n’a eu de cesse de porter sa Guadeloupe et son terroir dans son coeur , tentant d’y rester définitivement et y revenant chaque fois qu’elle le pouvait .

Leçon numéro 2 : en ton destin tu croiras.

Le titre en français de l’autobiographie de Firmine n’est autre que la traduction du proverbe créole « Sa ki la pou w dlo pa ka chayé i » et le moins que l’on puisse dire c’est que dans la vie de Firmine Richard il ne semble pas y avoir de hasard mais uniquement des rendez- vous .

De sa naissance dans une famille modeste qui lui apportera cette humilité mais également cette considération pour tous en dépit des origines ou de la notoriété en passant par son passé de femme battue qui contribuera par la suite à son profond sens de l’engagement pour la cause , rien ne semble avoir être le fruit du hasard dans la vie de notre comédienne antillaise.

Et si vous vous demandez comment cette femme employée du conseil régional de Guadeloupe s’est retrouvée à jouer auprès d’une vedette du cinéma français(Daniel Auteuil) , là encore point de hasard mais bien une rencontre ou plutôt deux , celles de Evy Figliolini et de Coline Serrau réalisatrice de « Romuald et Juliette ».

La vie de Firmine Richard est loin d’ être un fleuve tranquille.

Les difficultés y ont été nombreuses .

Il faut retenir une chose cependant , ni le racisme, ni les violences conjugales, ni les déceptions dans sa vie de femme, ni le regard des autres n’ont empêché Firmine Richard de penser qu’elle avait droit au bonheur , qu’elle avait le droit de prétendre à ce qui lui plaisait, de croire en son destin.

Leçon numéro 3 : audacieuse tu seras.

L’audace est définitivement la vertu qui selon moi caractérise Firmine Richard , car si le cinéma lui a tendu les bras c’est bien en se montrant audacieuse que la guadeloupéenne a réussi à y rester.

Car vous vous en doutez bien , rien n’a été simple mais Firmine Richard n’a eu de cesse de se présenter là où personne ne l’attendait .

Après un premier rôle dans « Romuald et Juliette » voilà notre employée du conseil régional décidée à poursuivre une carrière dans le cinéma , Firmine devient comédienne !

Son parcours semé d’embûches ne l’aura pas découragée et même si le temps d’attente entre deux rôles pouvait s’avérer long( 3 voire 4 ans) la guadeloupéenne n’aura eu de cesse de continuer .

J ai beaucoup apprécié le récit des 6 mois passés au Lee Strasberg theatre (Los Angeles) en formation pour appréhender les bases indispensables du métier de comédien.

Elle n’a pas hésité à faire une demande de bourse d’étude au ministère des affaires étrangères pour financer sa formation.

J’ai aussi beaucoup aimé le récit de sa seconde venue au Festival de Cannes, cette fois sans film à présenter , elle n’a pas hésité à faire des pieds et des mains pour obtenir un logement et une accréditation.

Elle y a fait des rencontres marquantes , Spike Lee, Denzel Washington …..

Point de limite pour Firmine Richard et c’est ce qu’il faut retenir pour nous -mêmes.

Leçon numéro 4 : un engagement pour les causes qui te tiennent à coeur tu prendras.

Notre guadeloupéenne est une femme engagée et n’hésite pas à s’exprimer pour de nombreuses causes.

Sa participation à l’ouvrage collectif pour dénoncer le racisme dans le cinéma français « Noire n’est pas mon métier » , son engagement politique pour défendre les intérêts des ultramarins à la mairie de Paris , son engagement en tant qu’ambassadrice à la fondation des femmes pour lutter contre les violences faites aux femmes voilà autant d’ exemples d’investissement de Firmine Richard pour des causes qui bien souvent font écho à sa propre expérience de femme ou plus simplement d’être humain.

Son partage d’expérience nous amène nous aussi à réfléchir aux causes qui nous parlent .

Pour quelles raisons seriez vous prêt(es) à vous engager ? Qu’est ce qui vous révolte ?

Quelles sont les questions ou débat que vous souhaiteriez voir mis sur le devant de la scène ?

Je conclurai en disant que Firmine Richard nous appelle à ne pas nous cantonner à notre condition d’origine, à faire preuve de volonté, d’audace et de courage et à saisir les occasions que nous présente le destin.

Puisez au fond de vous même l’énergie pour tirer du positif de ce qui vous arrive.

Dans le prologue de son autobiographie, Firmine Richard dit vouloir « être utile à vivre et à rêver », je vous souhaite de trouver dans son ouvrage de quoi le faire !

Odile