Haiti , femme libérée

Me voilà de retour pour vous parler cette fois de littérature au féminin, je n’ai malheureusement pas pu respecter les 15 jours entre chaque article et je m’en excuse (beaucoup , beaucoup , beaucoup de travail!) mais j’espère que ce nouvel article vous plaira et que vous vous direz que vous n’avez pas attendu pour rien.

Nadine Magloire


???????????????????????????????

L’île d’Haïti, est connue pour être un foyer d’artistes en tout genre, (musiciens, chanteurs, danseurs , écrivains, peintres) qui au travers leur art exposent au monde les douleurs mais aussi les beautés de la société dans laquelle ils vivent. Nadine Magloire , écrivaine, est de ceux là.

Nadine Magloire a principalement publié ses œuvres dans les années 70. Auteur a la plume franche , elle a toujours mis un point d’honneur a s’adresser à ses compatriotes avec une grande sincérité quitte à parfois s’attirer les foudres de certains.

Féministe affirmée, dans une société haïtienne patriarcale,Nadine Magloire porte également un regard sévère sur le folklore haïtien.

Regard qu’elle a sans doute hérité du temps passé hors d’Haïti.

Dans les notes qui précèdent le roman , l’auteur affirme refuser d’être enfermée dans une forme de doudouisme dont le vecteur serait la langue créole.

Elle refuse cette « haitianité »  revendiquée par certains et qui selon elle serait simplement un moyen de limiter la créativité haïtienne pour satisfaire le besoin de dépaysement d’intellectuels européens en mal d’exotisme .

Elle souhaiterait que chacun puisse s’exprimer selon les codes qui lui plaise sans chercher à se conformer à une esthétique particulière, sans chercher à plaire à un public déterminé.

Elle dit ainsi « je ne veux pas qu on m enferme dans les bornes d une culture nationale constituée essentiellement d un culte aberrant : le vaudou . Après tout ce qui compte, c’est qu il y ait des écrivains ,des musiciens, des peintres haïtiens .Qu ils s expriment comme bon leur semble, comme ils sentent, sans tricher .Je déclare que toute littérature francophone m ‘ appartient .Et même je revendique la culture occidentale dans sa totalité ! »

Le sexe mythique , ce que j’en ai pensé.

le sexe mythique

Le sexe mythique m’est tombé entre les mains suite à la lecture d’un article , qui recensait les 10 écrivaines haïtiennes à lire absolument.

Le roman  , très court ,raconte une tranche de vie d’Annie une jeune haïtienne issue d’un milieu plutôt bourgeois. Annie a 2 amants , Yves et Frantz . Tout au long des pages , le lecteur suit ses errances sexuelles et philosophiques.

Le sexe mythique , c’est d’abord une auteur haïtienne de génie , une de plus pourrait-on dire dans un pays qui en compte déjà beaucoup.

Deux dimensions caractérisent le roman, en effet, il s’agit à la fois d’un roman  érotique et féministe.

L’érotisme.

Le sexualité d’Annie est décrite sans tabou, c’est une femme qui a deux hommes dans sa vie(l’un des deux étant le mari de l’une de ses amies ) et qui de manière très naturelle passe de l’un à l’autre.

Nadine Magloire propose des descriptions très avancées des relations physiques qu’entretient Annie avec l’un ou l’autre de ses amants. Ces descriptions sans tabou on valu à l’auteur de vives critiques dans une société haïtienne très pudique.

Le féminisme ou la lutte contre le mythe de la supériorité masculine.

 

Fidèle à ses convictions féministes, Nadine Magloire a fait de son roman une vitrine de celles-ci, l’érotisme dont j’ai précédemment parlé est au service du féminisme.
Dans  le roman , c’est une critique de la société haïtienne paternaliste que propose Nadine Magloire.

Dans une société qui cherche à assigner une place précise à la femme, Annie se veut à contre courant. Libre comme l’air, et enchaînée à aucun homme .

Elle découvre les plaisirs de la chair avec Frantz. Elle est certes amoureuse mais refuse de se conformer à l’image de femme sans affirmation d’elle-même que lui propose d’adopter Frantz (l’un de ses amants).

L’amour qu’elle ressent pour lui lui fait d’ailleurs peur car elle craint d’y perdre son identité . Elle ne veut pas faire de concession , et adopter les codes du mythe de la supériorité masculine, elle les rejette de but en blanc :

« Il y aurait beaucoup à faire pour détruire complètement le vieux mythe plusieurs fois millénaire de la supériorité des mâles, en vertu de quoi ils ont tous les droits. C’est déjà une transgression du mythe , ne pas se laisser opprimer, s’affirmer comme un être avec une identité propre et qui n’est point un objet dont on s’approprie à sa guise. »

 

Je terminerais enfin en vous encourageant à lire ce roman (si vous ne l’avez pas déjà fait!) . Beaucoup d’autres thèmes y sont abordés mais j’ai préféré me concentrer sur ceux qui m’ont semblé centraux. Une porte ouverte , une de plus sur Haïti !

 

 

 

Un commentaire sur “Haiti , femme libérée

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s